mines paysannes

Elles font l'originalité du Briançonnais tant par leurs techniques d'exploitation que par leur organisation sociale. Les plus nombreuses sont situées dans le village minier de Villard St Pancrace qui jouxte Briançon ainsi que le montre cette carte (1) empruntée à D. MERCIER, géologue et ami de l'association.

DESCRIPTION

Extérieurement, elles se manifestent, le plus souvent, par un cadre en bois et un petit terril (photo 2).

Les mines paysannes offraient un complément de revenu aux activités agricoles. Or, pour des raisons de température moyenne, ces dernières se tenaient dans un créneau allant du 15 mai au 15 août ("9 mois d'hiver, 3 mois d'enfer" disent les Briançonnais). Les mines étaient donc exploitées uniquement l'hiver.

C'est l'Etat qui a pesé pour que les Briançonnais abandonnent le combustible  bois pour le combustible charbon. Les premières concessions sont apparues au début du XIX° siècle. Dans les années 1960, on en comptait 55.

Mineurs-paysans ou paysans-mineurs ?

Une récente publication citée ci-dessous, nous conduit à penser que les mineurs du Briançonnais étaient d'abord des paysans et ensuite des mineurs.

Pendant la période hivernale, et avant le démarrage des exploitations minières, les Briançonnais louaient leur force de travail à l'extérieur du département. Ils étaient des peigneurs de chanvre très réputés ou colporteurs et émigraient en Rhône-Alpes ou vers Turin.

Pour en savoir plus
* "les mines paysannes du Briançonnais", SGMB (R. LESTOURNELLE, F. CHATEL), parution février 2013.
*"Les mines paysannes de Villard St Pancrace entre monde paysan et complexe minier", Aymeric LENNE, mémoire de maîtrise, 2002-2003.

Pour télécharger un bon de commande
bon-comA4-2A5-2014.pdf
Retour vers le menu des anciennes mines

1- Cartes des entrées de mines

Cliquez pour agrandir l'image
    à Villar St Pancrace
  (d'après D MERCIER)

2- entrée de mine paysanne

Cliquez pour agrandir l'image
    à Puy St Pierre