Fours à chaux à combustible bois

Avant que l'Etat n'impose l'usage du charbon, le combustible utilisé pour chauffe de la pierre à chaux était le bois. On trouve encore quelques vestiges de fours de ce type en Briançonnais. Ils sont encore utilisés dans les pays du Tiers-Monde.

PRESENTATION
Très nombreux en Queyras (photo 1), ils différent des fours à combustible charbon par les points suivants :
  • ils sont cylindriques et 20 fois plus gros,
  • les pierres utilisées pour leur construction étaient souvent jointées à l'argile,
  • le combustible bois est séparé de la pierre à chaux par une voûte (photo 2) (photo3) qui est détruite au moment du défournage,
  • au moment de la mise à feu, l'ouverture de la gueule est en partie obstruée pour réduire le tirage.

Ces fours ont disparu au début du XIXème siècle avec la promulgation du nouveau code forestier qui a proscrit leur usage pour des raisons de sécurité et de protection des forêts.

Leur taille énorme se justifie par le fait que leur mise ne œuvre nécessite une main d'oeuvre très importante pour la construction de la voûte et l'alimentation du foyer. Les fournées étaient donc moins fréquentes qu'avec les fours à combustible charbon.

1- four à chaux à combustible bois du Queyras

Cliquez pour agrandir l'image
   

2- four à chaux à combustible bois

Cliquez pour agrandir l'image
    (schéma)   

3-four à chaux à combustible bois

Cliquez pour agrandir l'image
    (schéma 3D)
NOS RECHERCHES
La voûte doit obligatoirement être bâtie avec des pierres à chaux. A la fin de la combustion, elles se transforment en chaux vive, puis au contact de l'humidité de l'air elles se délitent et la voûte s'effondre. Par chance, nous avons retrouvé dans le secteur de le Roche de Rame, un four qui n'avait jamais été mis à feu et qui, de ce fait, possédait encore sa voûte. En 2005, nous l'avons reconstruit à l'identique sur l'espace fours de Villard St Pancrace à l'échelle ½. (photo 4).

Par ailleurs, de nombreux adhérents ou sympathisants nous ont fourni de multiples documents sur les fours de ce type encore en fonctionnement au Maroc (photo 5), aux Antilles, au Yemen et en Roumanie.

4- le four à chaux à combustible bois

Cliquez pour agrandir l'image
    ...de l'espace fours de Villard St Pancrace.i

5- four à chaux à combustible bois

Cliquez pour agrandir l'image
    ...au Maroc. (photo M. Gourdon)
NOS ESSAIS
Ces informations nous ont permis de tenter et de réussir un essai de cuisson en 2005 puis en 2008. (photo 6, photo 7, photo 8)

Cette cuisson réclame une main d'œuvre très importante :
  • dans la préparation, puisqu'il faut construire une voûte à chaque cuisson et stocker une grande quantité de bois.
  • lors de la combustion, puisqu'il faut approvisionner le foyer en bois sans attendre que les flammes retombent, et ce pendant 3 jours et 3 nuits 24h/24

Elle est aussi dangereuse puisque le foyer qu'il faut alimenter est à 1.000°.

Quel type de bois ?
Il n'y a pas de règle : les chaufourniers utilisaient le bois dont ils disposaient : broussailles de la garrigue dans le Midi, bûches de cèdre au Maroc…En Briançonnais, les chaufourniers utilisaient les chablis (bois couchés par les avalanches), voire les bois issus de la destruction accidentelle de maisons !

Défournage
Dans ce four à l'échelle 1/2, chaque fournée  produit 5 à 6 tonnes de chaux vive. Le défournage se fait par la gueule après effondrement de la voûte.

6- construction de la voûte après coffrage.

Cliquez pour agrandir l'image
   

7- la combustion

Cliquez pour agrandir l'image
Le foyer est à 1000°   

8- le défournage

Cliquez pour agrandir l'image
Il se fait par la gueule après effondrement de la voûte.